Fours à chaux de Vaucouleurs
Les oculi de l’église de Chaligny

Nouvelle photo de groupe : les conscrits de la classe 1948

La carrière et les fours à chaux de Vaucouleurs

En 1875, Ernest Bon crée une usine à chaux pour le calcaire qu’il extrait de la carrière proche. Elle était située à l’extrêmité nord de Vaucouleurs, sur la nationale 64, reliant Neufchateau à Mézières, au lieu-dit Saint Pierre où, jusqu’en 1434, se trouvait une léproserie.

Le procédé de fabrication de la chaux consistait alors à empiler les morceaux de calcaire qui étaient cuits au feu de bois.

En 1885, le calcaire est broyé avant d’être cuit. Après 1885, un premier petit four est construit qui contient environ 5 tonnes de calcaire. Le chargement se fait au moyen d’une hotte et le four est complétement vidangé après cuisson.

De 1893 à 1894, quatre autres fours de 2,75 m de diamètre intérieur seront mis en oeuvre. Le calcaire est apporté par des wagonnets et et le chargement du four se fait au moyen d’un monte-charge. Premiers fours à chaux industriels fonctionnant en Lorraine, ils alimentaient en chaux les aciéries de Pompey en Meurthe-et-Moselle.

En 1909, les fours à chaux et la carrière sont vendus aux Forges de Châtillon Commentry et leur ancien propriétaire en est le directeur.

Vers 1918 ou avant, le poste de directeur des fours à chaux et de la carrière est offert à mon grand-père, René Jacot, par la Direction de Châtillon-Commentry. Il occupera cette fonction au moins jusqu’en août 1940.

Carrière de Vaucouleurs vers 1930 (JPG)

Carrière de Vaucouleurs vers 1930 (JPG)

Les deux photos ci-dessus représentent la carrière de Vaucouleurs dans les années 1930, et les deux photos ci-dessous représentent la même carrière en 1999.

Longue de 30 mètres sur 20 mètres de haut, elle est étagée en gradins et des wagonnets emportent le calcaire extrait pour alimenter les fours.

Après l’arrêt de son exploitation, la carrière est devenue propriété privée. Le temps a passé et un petit lac s’est formé et ses eaux reflétant le ciel donnent à cet endroit un charme paisible et bucolique.

Ancienne carrière de Vaucouleurs en 1999 (JPG)

Ancienne carrière de Vaucouleurs en 1999 (JPG)

Vue d'ensemble sur les fours à chaux (JPG)

Vue d’ensemble sur les fours à chaux

Autre vue d'ensemble des fours à chaux (JPG)

Autre vue d’ensemble sur les fours à chaux

Four à chaux (JPG)

Four à chaux

En 1926, les fours 1 et 2 (3,90 mètres de diamètre intérieur), sont construits et un tunnel est percé pour le raccordement souterrain à la SNCF.

La percée du tunnel aux fours à chaux de Vaucouleurs (JPG)

Percée du tunnel pour le raccordement des fours à chaux au réseau SNCF.

Ancien tunnel (JPG)

Ancien tunnel (JPG)

En 1931, les fours 3 et 4 sont construits et mis en activité.

Wagonnet de calcaire (JPG)

Wagonnet de calcaire

Vue d'ensemble des fours à chaux (JPG)

Les fours à chaux

Notes personnelles rédigées par mon grand-père, René Jacot, directeur des fours à chaux de Vaucouleurs :

-  Vendredi 14 juin 1940
En raison de la suppression des transports ferroviaires, arrêté l’exploitation à l’ouverture du poste.
Pris des dispositions pour effectuer la paie de la deuxième quinzaine de mai dès le début de l’après-midi.
Les réfugiés et de nombreux soldats en déroute qui passent et partent dans la direction de Neufchâteau continuent d’affluer et leur nombre ne cesse d’augmenter.
Reçu à 13 h 20 estafette de Neuves-Maisons avec pli et chèque de 40 000 (Francs) qu’il sera impossible de toucher.
Commencé la paie en prévenant les intéressés que la majeure partie des salaires de la première quinzaine de juin sera payée demain à partir de 14 h.
Prévenu les affectés spéciaux de se rendre de suite au dépôt le plus proche...

-  Samedi 15 juin 1940
Trouvé dès 4 h 1/2 du matin 3 portes enfoncées.
Une formation sanitaire avec majors et infirmières s’est installée au cours de la nuit dans la cave et la remise de Monsieur Fleuris.
Le pillage commence.
La porte du dépôt d’essence est enfoncée, l’essence envolée.
Préparé approximativement le montant de la première quinzaine de juillet et versé un fort acompte aux ouvriers qui se présentent.
Appris qu’un centre de résistance était préparé à Void et qu’un autre était en cours de préparation à Vaucouleurs et à Chalaines, le pont miné devant sauter incessamment.
Le pillage s’accentue. Malgré les portes refermées aussi bien que possible, elles sont éventrées aussitôt.

-  Dimanche 16 juin 1940
A 3 h 30 du matin, Mademoiselle Koch vient m’appeler et me prévenir que le Maire et la gendarmerie sont partis cette nuit et que le pont de Chalaines va être coupé.
Le pillage s’est encore accentué, de nombreuses portes sont fracturées.

-  Samedi 27 juillet 1940
Convoqué à 16 heures à la Villa d’André Seiligmann par l’officier allemand chargé de l’administration civile. Monsieur Fleuris m’assistait.
Cette convocation avait pour objet de fournir des renseignements complémentaires sur notre exploitation et sur la raison sociale de la Compagnie.
Indiqué que nous ne pouvions reprendre notre fabrication que si nous étions approvisionnés et si les relations ferroviaires étaient rétablies : conditions indispensables.
Précisé que tout ce que nous pouvions faire pour le moment était de travailler au découvert et cela si la banque Varin Bernis à Bar-le-Duc était réouverte et en mesure de nous verser des fonds pour le paiement du salaire des ouvriers.

-  Samedi 10 août 1940
Après-midi, visite de Monsieur Becker, nouveau Directeur de l’usine de Neuves-Maisons, accompagné de Monsieur Siffert.
Visite de l’exploitation, du tunnel et du raccordement, envisagé la reprise du travail, par le découvert en attendant la remise en route des chemins de fer.
Nous commencerons dès lundi 12 courant les travaux de rangement et de déblaiement.
Monsieur Becker reviendra la semaine prochaine pour examiner à nouveau la question et fixer des dates.

Les notes s’arrêtent à cette date du 10 août 1940.

En 1955, le four 5 est construit. Des sondeuses, des perforatrices, des locotracteurs et des élévateurs sont maintenant employés. Le four 2 est équipé d’un soufflage automatique, et la chaux est criblée.

A partir de 1958, l’entreprise continue sa modernisation avec l’acquisition d’un tracto-chargeur, puis d’un compresseur de 85 Cv en 1959 et d’un défourneur automatique pour le four 2.

A son tour, le four 3 est équipé d’un soufflage automatique en 1962.

A partir de 1963, les fours 3 et 5 bénéficient d’un défourneur automatique, et un tracto-chargeur Caterpillar 966A vient compléter le matériel.

En 1964, un ensemble de concassage-criblage pour le calcaire est installé.

En 1965, un tracto-chargeur international H 100 est mis en service.

Le 30 juin 1967, les fours à chaux de Vaucouleurs cessent toute activité. Les salariés intégrent l’usine de Neuves-Maisons et leur transport journalier est assuré par autocar.

Les fours à chaux seront démontés en 1980 par C. BON, petit-fils du fondateur.

Bâtiment datant des fours à chaux (photo prise en 1999) (JPG)

Ancien bâtiment des fours à chaux
photo prise en 1999

René Jacot, directeur des fours à chaux

René Jacot, Directeur des Fours à chaux de Vaucouleurs jusqu'à la 2ème guerre mondiale (JPG)

René Jacot

Le Conseil d’Administration des Forges de Chatillon-Commentry offre à mon grand-père : René Jacot, la direction des fours à chaux et de la carrière de Vaucouleurs, fonction qu’il occupe jusqu’au début de la deuxième guerre mondiale.

Mon grand-père travaille déjà pour l’usine de Neuves-Maisons, mais en tant que conducteur de travaux publics.

En conséquence, il accepte la direction du site de Vaucouleurs, mais à condition que les problèmes techniques inhérents aux fours à chaux soient réglés par les ingénieurs de Neuves-Maisons.

Logement de fonction du directeur des fours à chaux

Maison de fonction du directeur des fours à chaux de Vaucouleurs (JPG)

Maison de fonction (Marie Louise Jacquot, née à Chaligny, épouse de René Jacot est devant la maison)

René Jacot et son fils à l'arrière de la maison de fonction (JPG)

René Jacot et son fils vers l’arrière de la maison

Un grand jardin était attenant à la maison de fonction. Il était entretenu par un vieil ouvrier des fours à chaux. La présence de cet espace vert était indispensable pour absorber une partie du gaz carbonique dégagé par les cheminées des fours. Ma grand-mère maintenait en permanence une cafetière de café fort et brûlant pour les ouvriers qui étaient incommodés par les gaz des fours.

Jardin des fours à chaux (JPG)

Le jardin des fours à chaux

Jardinier des fours à chaux (JPG)

Le jardinier

Vue sur les fours à chaux depuis le jardin (JPG)

Four à chaux visible du jardin

Famille de René Jacot (JPG)

Famille de René Jacot vers 1936

Ci-dessous, deux photos prises en 1999 de l’ancienne maison de fonction. Le jardin est très diminué et a été remplacé en partie par une station service.

Ancienne maison de fonction du directeur des fours à chaux en 1999 (JPG)

Photo prise en 1999 (JPG)

Fête de Jeanne d’Arc à Vaucouleurs

En l’honneur de la fête de Jeanne d’Arc, les maisons sont pavoisées et les rues décorées.

Maison des fours à chaux décorée pour la fête de Jeanne d'Arc (JPG)

Maison des fours à chaux décorée pour la fête de Jeanne d'Arc (JPG)

Décor créé pour la fête de Jeanne d'Arc (JPG)

Décor créé pour la fête de Jeanne d’Arc

Fête de Jeanne d'Arc dans les rues de Vaucouleurs (JPG)

Dans les rues de Vaucouleurs...




Mis en ligne le mercredi 26 novembre 2008 par Axsane
A propos de ce site | Mentions légales | © Axsane 2005 - Tous droits réservés



Accueil
Plan du site
Contact
Privé
En passant par Chaligny...
Où se trouve-t-il ?
Habitat
Au fil des rues...
Démographie
Logo et blason
Eglise
Architecture
Historique
Extérieur
Intérieur
Choeur de l’église
Vitraux
Statues anciennes
Les collatéraux
Orgue
La nef
"Bans" de l’église
Fonts baptismaux
Fêtes religieuses
Processions
Communions vers 1900
Patois lorrain
Définitions
La chasse au patois
Lexique lorrain
Expressions lorraines
Expressions familiales
Ecoles et crèche
Chali’chatons
Agriculture et industrie
Vigne et vin gris
Castine
Les Tricoteries de Chaligny
L’usine de Neuves-Maisons
Historique
Chaligny et l’usine
Impacts divers
Fours à chaux de Vaucouleurs
Glossaire
Minerai de fer
Bassins ferrifères lorrains
Le fer à Chaligny
Sainte Barbe
Fonderie au 17ème siècle
La famille Chaligny
Vie d’un mortier
Chaligny dans l’histoire
L’histoire avant l’histoire
La naissance de Chaligny
La grotte du Géant
Documents anciens
Charte de 1126
Acte de vente de 1599
Les seigneurs de Chaligny
Glossaire
Aux 11ème et 12ème siècles
Les Vaudémont
Hugues 1er
Gérard II
Hugues II
Hugues III
Henri 1er
Henri II
Henri III
Henri IV
Les Joinville
Henri V
Marie de Luxembourg
Alice de Joinville-Vaudémont
Les Neufchâtel
Thiébaut VIII
Thiébaut IX
Henri de Neufchâtel
Les Thierstein
Oswald de Thierstein
Oswald de Thierstein, fils
Henri de Thierstein
Les Neufchâtel
Elisabeth de Neufchâtel
Les d’Isembourg
Salentin d’Isembourg
Henri d’Isembourg
Bonne d’Isembourg
Les Mercoeur
Nicolas de Vaudémont-Mercoeur
La guerre de Trente Ans
La Lorraine dévastée
Le traité de Westphalie
Les belligérants
La Lorraine et ses alliés
La France et ses alliés
Le 18ème siècle
19 mars 1732
En 1763 à Chaligny
En 1790
En 1792
En 1795
Le 19ème siècle
Epoque napoléonienne
Debrod, soldat de l’Empire
Guerre de 1914-1918
Guerre et paix
Chalinéens morts pour la France
Le clairon de l’armistice
Photos de guerre
Témoignages
La Légion d’honneur
Historique
Médaillés à Chaligny
Médaille de Sainte Hélène
Historique
Descriptif
Médaillés de Chaligny
Médaillés de Neuves-Maisons
Médaillés de Maron
Médaillés de Pont Saint Vincent
Le village de nos grands-parents
Les lieux de rencontre
Les traditions
Les métiers
La photographie
Historique
Le 1er photographe de Chaligny
L’avenir de la photographie
Les moyens de communications
Le train
L’aéroplane
Le téléphone
L’automobile
Historique
Quelques automobiles
Galerie de photos
Avis de recherche
Photos de mariage
1906 - Denis-Picard
1906 - Joly-Michel
1906 - Gérardin-Fournier
1908 - Galliot-Grandcolas
1920 - Labroche-Revemont
1920 - Royer-Labroche
1920 - Gérardin-Savers
1935 - Dufourq-Galliot
1946 - Labroche-Fort
Photos de groupe
Dans les rues
Les conscrits
Les conscrits de 1948
Généalogie
Famille Galliot
Mon ascendance Galliot
Famille Bourlier
Famille Marchal
Bibliographie et liens
Bibliographie
Liens
A propos de ce site
Plan du site
Vos remarques
Réalisation du site