Choeur de l’église
Les oculi de l’église de Chaligny

Nouvelle photo de groupe : les conscrits de la classe 1948

Le choeur de l’église

Le choeur est à l’intérieur de l’abside, renforcé à l’extérieur par des contreforts. Il était autrefois éclairé par cinq fenêtres gothiques, mais celle de gauche (au-dessus de la porte de la sacristie) a été bouchée lors de la construction du collatéral sud.

Ancienne fenêtre du choeur bouchée lors de la construction du collatéral sud (JPG)

Le craquelement de la peinture et du crépi laisse apparaître l’emplacement de la fenêtre qui a été condamnée.

Le maître-autel

Le maître-autel est en bois peint et redoré au bronze.

Autel côté gauche (JPG)

Autel côté droit (JPG)

Nappe d'autel (JPG)

Nappe de l’autel

Détail de la broderie de cette nappe (JPG)

Détail de la broderie de cette nappe

Plaque commémorative faisant partie de l'autel (JPG)

Plaque commémorative

Sous la nappe de l’autel, il est possible de voir une plaque carrée en marbre sur laquelle est gravée l’inscription suivante :

"H-C DU CAMBOUT
DUC DE COISLIN EPISC
METENSIS 1723"

Henri Charles du Cambout, duc de Coislin
Fils d’Armand du Cambout, duc de Coislin, comte de Crécy, baron de Pont-Château, baron de La Roche-Bernard, pair de France, membre de l’Académie Française (fauteuil 25, successeur de Claude de l’Estoile) et de Madeleine (fille de Philippe du Halegoet, seigneur de Kergrech)
° 15 septembre 1665 à Paris
+ 28 novembre 1732

Du 26 mai 1697 au 31 mars 1711 : il est évêque-prince de Metz, commandeur de l’Ordre du Saint-Esprit, premier aumônier du roi en 1710.

Le 7 mai 1710, son frère aîné meurt et Henri Charles lui succède comme duc de Coislin, baron de Pont-Château, baron de La Roche-Bernard, comte de Crécy et pair de France.

Le 25 septembre 1710, il est reçu par l’abbé de Choisy à l’Académie Française où il succède à son frère, qui lui-même avait succédé à leur père Armand du Cambout (fauteuil 25).

En 1723, Henri Charles est certainement venu à Chaligny et la plaque insérée dans le dessus de l’autel doit certainement commémorer la visite d’une personne de cette importance.

Homme vertueux, charitable, protecteur des gens de lettres, il hérite de plusieurs bibliothèques importantes, dont celle des Coislin (famille paternelle) et Séguier (famille de sa grand-mère paternelle) riche de quatre mille manuscrits qu’il légue à l’Abbaye de Saint-Germain-des-Prés, où les érudits peuvent les consulter librement.

Cette bibliothèque brûle en partie en 1793, et ce qu’il en reste se trouve à la Bibliothèque Nationale.

Henri Charles du Cambout est également membre honoraire de l’Académie des Inscriptions.

Remarques :

Armand du Cambout est, par son père, le petit-neveu de Richelieu et par sa mère, le petit-fils du chancelier Séguier. ll est né le 1er septembre 1635, date de création de l’Académie française.

Claude de l’Estoile étant décédé, le chancelier Séguier demande à l’Académie Française d’accueillir son petit-fils, Armand, . Ce dernier est accepté et occupe le fauteuil 25. Il n’est âgé que de 17 ans !

"Le nouvel académicien était digne de cette place par son amour pour les lettres et par la considération qu’il témoignait à ceux qui les cultivaient. Il se dérobait avec joie à ses autres opérations pour pouvoir se trouver avec eux. "Je n’oublierai rien, dit-il dans son discours de réception, pour faire en sorte qu’au défaut de mes paroles, mes actions soient pour vous autant de remercîments, et je suivrai l’exemple de ceux, qui, par une juste reconnaissance, couronnaient les fontaines dans lesquelles ils avaient puisé". Il a transmis ses sentiments à son illustre maison, comme une partie précieuse de son héritage. Aussi a-t-il été remplacé successivement dans l’Académie par deux de ses enfants" (Pierre et Henri-Charles).
(Histoire des quarante fauteuils de l’Académie française depuis la fondation jusqu’à nos jours, par Tastet, Tyrtée)

Les ducs de Coislin ont occupé le même fauteuil à l’Académie française pendant plus de 80 ans.

Le tabernacle, à gauche de l’autel, est encastré dans le mur, fermé par une grille en fer forgé et ornementé d’un décor gothique. Il est éclairé par deux petites ouvertures dénommées Oculi (oculus au singulier) qui donnent sur l’extérieur, de chaque côté d’un contrefort.

Ces petits monuments, caractéristiques de la Lorraine, la Bourgogne et la Champagne, existent dès le 13ème siècle. D’après l’abbé G. Waldock qui a répertorié l’ensemble de ces armoires eucharistiques et oculi dans la Lorraine annexée, la fonction de l’Oculus, souvent sur la voie publique ou le cimetière, était de signaler le Saint Sacrement à la vénération des passants.

Tabernacle avec ouvertures sur l'extérieur (JPG)

Tabernacle

Détail de l'autel (JPG)

Détail de l’autel

Le retable

Saint Nicolas (JPG)

Saint Nicolas

Saint Nicolas (JPG)

Saint Nicolas

Saint Paul (JPG)

Saint Paul

Jésus-Christ tenant le globe du monde (JPG)

Jésus Christ tenant le globe du monde

Saint Pierre et Saint Rémy (JPG)

Saint Pierre et Saint Rémy, patron de la paroisse
tenant la Sainte Ampoule

Cariatides (JPG)

Anges cariatides gainés

Des anges cariatides gainées décorent chaque angle du tabernacle et encadrent les panneaux latéraux.

L’encadrement est terminé de chaque côté par un plein cintre sur lequel se trouve un piédouche (support assez élevé sur lequel se trouve un vase, une statue ou un élément décoratif) surmonté d’un ange adorateur.

Piédouche portant une statuette d'ange adorateur (JPG)

Piédouche portant une statuette d’ange adorateur

Liens externes

Henri Charles du Cambout, duc de Coislin




Mis en ligne le lundi 6 avril 2009 par Axsane
A propos de ce site | Mentions légales | © Axsane 2005 - Tous droits réservés



Accueil
Plan du site
Contact
Privé
En passant par Chaligny...
Où se trouve-t-il ?
Habitat
Au fil des rues...
Démographie
Logo et blason
Eglise
Architecture
Historique
Extérieur
Intérieur
Choeur de l’église
Vitraux
Statues anciennes
Les collatéraux
Orgue
La nef
"Bans" de l’église
Fonts baptismaux
Fêtes religieuses
Processions
Communions vers 1900
Patois lorrain
Définitions
La chasse au patois
Lexique lorrain
Expressions lorraines
Expressions familiales
Ecoles et crèche
Chali’chatons
Agriculture et industrie
Vigne et vin gris
Castine
Les Tricoteries de Chaligny
L’usine de Neuves-Maisons
Historique
Chaligny et l’usine
Impacts divers
Fours à chaux de Vaucouleurs
Glossaire
Minerai de fer
Bassins ferrifères lorrains
Le fer à Chaligny
Sainte Barbe
Fonderie au 17ème siècle
La famille Chaligny
Vie d’un mortier
Chaligny dans l’histoire
L’histoire avant l’histoire
La naissance de Chaligny
La grotte du Géant
Documents anciens
Charte de 1126
Acte de vente de 1599
Les seigneurs de Chaligny
Glossaire
Aux 11ème et 12ème siècles
Les Vaudémont
Hugues 1er
Gérard II
Hugues II
Hugues III
Henri 1er
Henri II
Henri III
Henri IV
Les Joinville
Henri V
Marie de Luxembourg
Alice de Joinville-Vaudémont
Les Neufchâtel
Thiébaut VIII
Thiébaut IX
Henri de Neufchâtel
Les Thierstein
Oswald de Thierstein
Oswald de Thierstein, fils
Henri de Thierstein
Les Neufchâtel
Elisabeth de Neufchâtel
Les d’Isembourg
Salentin d’Isembourg
Henri d’Isembourg
Bonne d’Isembourg
Les Mercoeur
Nicolas de Vaudémont-Mercoeur
La guerre de Trente Ans
La Lorraine dévastée
Le traité de Westphalie
Les belligérants
La Lorraine et ses alliés
La France et ses alliés
Le 18ème siècle
19 mars 1732
En 1763 à Chaligny
En 1790
En 1792
En 1795
Le 19ème siècle
Epoque napoléonienne
Debrod, soldat de l’Empire
Guerre de 1914-1918
Guerre et paix
Chalinéens morts pour la France
Le clairon de l’armistice
Photos de guerre
Témoignages
La Légion d’honneur
Historique
Médaillés à Chaligny
Médaille de Sainte Hélène
Historique
Descriptif
Médaillés de Chaligny
Médaillés de Neuves-Maisons
Médaillés de Maron
Médaillés de Pont Saint Vincent
Le village de nos grands-parents
Les lieux de rencontre
Les traditions
Les métiers
La photographie
Historique
Le 1er photographe de Chaligny
L’avenir de la photographie
Les moyens de communications
Le train
L’aéroplane
Le téléphone
L’automobile
Historique
Quelques automobiles
Galerie de photos
Avis de recherche
Photos de mariage
1906 - Denis-Picard
1906 - Joly-Michel
1906 - Gérardin-Fournier
1908 - Galliot-Grandcolas
1920 - Labroche-Revemont
1920 - Royer-Labroche
1920 - Gérardin-Savers
1935 - Dufourq-Galliot
1946 - Labroche-Fort
Photos de groupe
Dans les rues
Les conscrits
Les conscrits de 1948
Généalogie
Famille Galliot
Mon ascendance Galliot
Famille Bourlier
Famille Marchal
Bibliographie et liens
Bibliographie
Liens
A propos de ce site
Plan du site
Vos remarques
Réalisation du site