Bassins ferrifères lorrains
Les oculi de l’église de Chaligny

Nouvelle photo de groupe : les conscrits de la classe 1948

Le minerai de fer en Lorraine

En Lorraine, la zone ferrifère la plus importante est située au nord :

-  Longwy (8 000 hectares),

-  Metz-Thionville (43 000 hectares),

-  Briey (43 000 hectares).

Le bassin du sud ou bassin de Nancy est très secondaire : 18 000 hectares seulement.

Les gisements présentent des couches alternées de minerais et de couches marneuses stériles. Ils plongent d’environ 1% vers le centre du Bassin Parisien, et possédent une bonne homogénéité et une grande régularité. Les bassins ferrifères nord et sud sont partagés, au niveau de Pont-à-Mousson, par une zone pauvre et inexploitable de 25 km de long.

Le minerai de fer se présente sous l’apparence d’une pierre rougeâtre, brune ou grise, formée d’une concrétion de petits grains agglutinés auxquels le nom d’oolithes (semblables à des oeufs de poisson) est donné. Ces oolithes possède un noyau siliceux, entouré de couches concentriques d’oxyde de fer hydraté. Ils sont soudés les uns aux autres par une gangue : généralement siliceuse dans le bassin de Longwy, et calcaire dans celui de Briey.

Pour débarrasser le fer des impuretés qu’il contient, une certaine quantité de chaux (castine) doit être ajoutée au minerai. A Briey, la richesse en chaux de la gangue était suffisante pour que le minerai soit fondu seul, sans ajout supplémentaire.

Le minerai lorrain ou "minette" contient 2% de phosphore, inconvénient éliminé par le procédé Thomas. Sa teneur en fer est médiocre : en moyenne 30 à 35%. Il faut donc extraire 3 tonnes de minerai pour obtenir 1 tonne de fonte.

Bassin ferrifère de Nancy (JPG)

Bassin de Nancy

Le minerai est extrait de trois manières différentes :

-  dans des carrières à ciel ouvert ou "minières", comme à Maron (mode d’extraction le plus ancien)

-  dans des mines à flanc de coteau : un tunnel débouche sur une ancienne minière et sert d’entrée à des galeries ramifiées (Longwy, Metz-Thionville, Nancy)

-  par des puits d’extraction d’une profondeur de 60 à 220 mètres qui dominent le paysage avec leurs chevalements métalliques (Briey)

Les galeries, à flanc de coteau ou reliées à la surface par des puits, sont larges et hautes (jusqu’à 5 mètres de hauteur) et la dureté des roches rend parfois inutile, tout au moins pour des "tailles" secondaires, le boisage des galeries.

L’abattage se fait souvent à l’aide d’explosifs, mais certaines roches se détachent tardivement et provoquent des accidents graves.

Cependant, la plus grosse gêne provient des abondantes venues d’eau sous ce plateau calcaire perméable. Pour cette raison, le fonçage de nombreux puits a été réalisé par congélation ou injection de ciment.

L’extraction de l’eau ("exhaure") grève les prix de revient et reste un gros souci des services techniques. La possibilité d’effondrements importants dans ce "karst" artificiel a toujours été envisagé

A l’automne 1996, à Montois-la-Montagne (57860), mais aussi à Roncourt, Sainte-Marie-aux-Chênes, Auboué), de nombreux terrains se sont affaissés avec, en corollaire, la fissuration ou l’effondrement des maisons qui étaient construites dessus : cent maisons ont été rasées.

En février 2000, 129 communes et 400 000 habitants sont touchés par ce problème.

A la fermeture des exploitations minières, il a été procédé à l’ennoyage du sous-sol. Le substrat minier, qui contient 35 % de fer, est soit calcaire, soit siliceux, et en diverses couches superposées des deux qualités : l’ennoyage a provoqué un tassement des piliers résiduels et parfois l’effondrement.

Huit mines étaient réunies par le fond : Orne, Pauline, Sainte-Marie-aux-Chênes, Roncourt, Paradis, Auboué, Lorraine, Ida).

Après son extraction, le minerai de fer est envoyé aux usines métallurgiques, souvent voisines, qui se chargent de sa transformation en fonte ou en acier et de l’utilisation des résidus.

A Chaligny, le minerai de fer, extrait du Val Fleurion et du Val de Fer, était traité à l’usine de Neuves-Maisons.

Sites externes

Faire un clic droit sur les liens ci-dessous :

-  L’après-mines en Lorraine : état des lieux du bassin ferrifère lorrain en février 2003, carte des différents types d’aléas miniers existant en Lorraine.

-  Mines et industrie du fer : la page "mines en 1952" explique particulièrement bien le travail du mineur dans les mines de fer.

-  Ecomusées des mines de fer en Lorraine

-  Annuaire des activités souterraines et artificielles : mines, catacombes, villages troglodytes, etc.

Annuaire des activités souterraines et artificielles (JPG)




Mis en ligne le samedi 4 novembre 2006 par Axsane
A propos de ce site | Mentions légales | © Axsane 2005 - Tous droits réservés



Accueil
Plan du site
Contact
Privé
En passant par Chaligny...
Où se trouve-t-il ?
Habitat
Au fil des rues...
Démographie
Logo et blason
Eglise
Architecture
Historique
Extérieur
Intérieur
Choeur de l’église
Vitraux
Statues anciennes
Les collatéraux
Orgue
La nef
"Bans" de l’église
Fonts baptismaux
Fêtes religieuses
Processions
Communions vers 1900
Patois lorrain
Définitions
La chasse au patois
Lexique lorrain
Expressions lorraines
Expressions familiales
Ecoles et crèche
Chali’chatons
Agriculture et industrie
Vigne et vin gris
Castine
Les Tricoteries de Chaligny
L’usine de Neuves-Maisons
Historique
Chaligny et l’usine
Impacts divers
Fours à chaux de Vaucouleurs
Glossaire
Minerai de fer
Bassins ferrifères lorrains
Le fer à Chaligny
Sainte Barbe
Fonderie au 17ème siècle
La famille Chaligny
Vie d’un mortier
Chaligny dans l’histoire
L’histoire avant l’histoire
La naissance de Chaligny
La grotte du Géant
Documents anciens
Charte de 1126
Acte de vente de 1599
Les seigneurs de Chaligny
Glossaire
Aux 11ème et 12ème siècles
Les Vaudémont
Hugues 1er
Gérard II
Hugues II
Hugues III
Henri 1er
Henri II
Henri III
Henri IV
Les Joinville
Henri V
Marie de Luxembourg
Alice de Joinville-Vaudémont
Les Neufchâtel
Thiébaut VIII
Thiébaut IX
Henri de Neufchâtel
Les Thierstein
Oswald de Thierstein
Oswald de Thierstein, fils
Henri de Thierstein
Les Neufchâtel
Elisabeth de Neufchâtel
Les d’Isembourg
Salentin d’Isembourg
Henri d’Isembourg
Bonne d’Isembourg
Les Mercoeur
Nicolas de Vaudémont-Mercoeur
La guerre de Trente Ans
La Lorraine dévastée
Le traité de Westphalie
Les belligérants
La Lorraine et ses alliés
La France et ses alliés
Le 18ème siècle
19 mars 1732
En 1763 à Chaligny
En 1790
En 1792
En 1795
Le 19ème siècle
Epoque napoléonienne
Debrod, soldat de l’Empire
Guerre de 1914-1918
Guerre et paix
Chalinéens morts pour la France
Le clairon de l’armistice
Photos de guerre
Témoignages
La Légion d’honneur
Historique
Médaillés à Chaligny
Médaille de Sainte Hélène
Historique
Descriptif
Médaillés de Chaligny
Médaillés de Neuves-Maisons
Médaillés de Maron
Médaillés de Pont Saint Vincent
Le village de nos grands-parents
Les lieux de rencontre
Les traditions
Les métiers
La photographie
Historique
Le 1er photographe de Chaligny
L’avenir de la photographie
Les moyens de communications
Le train
L’aéroplane
Le téléphone
L’automobile
Historique
Quelques automobiles
Galerie de photos
Avis de recherche
Photos de mariage
1906 - Denis-Picard
1906 - Joly-Michel
1906 - Gérardin-Fournier
1908 - Galliot-Grandcolas
1920 - Labroche-Revemont
1920 - Royer-Labroche
1920 - Gérardin-Savers
1935 - Dufourq-Galliot
1946 - Labroche-Fort
Photos de groupe
Dans les rues
Les conscrits
Les conscrits de 1948
Généalogie
Famille Galliot
Mon ascendance Galliot
Famille Bourlier
Famille Marchal
Bibliographie et liens
Bibliographie
Liens
A propos de ce site
Plan du site
Vos remarques
Réalisation du site